dimanche 12 novembre 2017

NEED - Joelle Charbonneau











Désir : envie de posséder un objet ou de réaliser un rêve.
Besoin : nécessité de détenir quelque chose ou d'accomplir un acte essentiel à votre vie.

De quoi avez-vous besoin ?


Les adolescents du lycée de Nottawa se réunissent tous sur NEED, un nouveau réseau social qui leur promet de répondre, à leurs besoins sous couvert d'un total anonymat, quels que soient ces besoins... et quelles qu'en soient les conséquences.
Car, c'est bien connu, on n'a rien sans rien.
Et si au départ la contrepartie semble dérisoire, il y a bientôt des morts dans la petite communauté.





Personnages principaux 
Kaylee


Autres informations
Le roman est partagé entre plusieurs points de vue : il y a celui du personnage principal, Kaylee, et ceux des autres lycéens de Nottawa, inscrits eux aussi sur NEED.


Honnêtement, je ne sais pas trop quoi en penser. Je trouve que l'histoire de ce livre est un peu tirée par les cheveux, même si c'est le but d'une fiction (à ce stade-là, je pourrais dire la même chose de Hunger Games ou encore La 5e Vague). Mais quelque chose m'a dérangée dans ce livre. Déjà, quand j'y pense, il y a quelques détails qui me rappellent le film Nerve, (ou le livre Addict sûrement, mais je ne l'ai pas lu.) le fait que les adolescents doivent accomplir des missions en échange de quelque chose, qu'ils doivent prendre en photo leurs "exploits", que NEED est un réseau social, comme Nerve.
Ensuite, je trouve que les personnages ne sont pas réalistes du tout, au début les "missions" sont anodines, mais quand il en vient aux armes, les adolescents ne se posent aucune question, ils font ce qu'ils ont à faire, pour obtenir ce dont ils ont "besoin".
Malgré ces petits défauts que je donnerais à l'histoire, il est évident que le rythme du livre est addictif, c'est indéniable, ça devient de plus en plus effréné, et on a encore et encore envie de lire, de savoir la suite, jusqu'où ça va aller, jusqu'au grand final, en écrivant ces mots d'ailleurs je me rends compte qu'on peut littéralement décrire les derniers chapitres comme un grand final, dans tous les sens du terme, aussi bien dans les événements que dans le rythme. C'est une véritable bombe à retardement. L'auteure est cruelle. Ce livre dénonce l'égoïsme de la population qui semble pouvoir tout faire en échangé de ce dont elle rêve. 
Malgré le fait que ce livre nous rend vraiment hors d'haleine, et nous fait retenir notre souffle, tous les petits défauts que j'ai trouvés font que je ne lui mets que 15.



  • Le côté addictif et prenant du livre, on a pas envie de le lâcher tant qu'on ne connait pas le fin mot de l'histoire
  • La fin qui a été à la hauteur de mes attentes. Même si c'est une fin ouverte (je ne sais pas vraiment si c'est un + ou un -...)





  • Le contexte parfois non réaliste, trop tiré par les cheveux, trop "abusé"
  • Les personnages qui ont des actions et des réactions non humaines.

Une bonne lecture qui fait réfléchir, qui nous donne des sueurs froides dans le dos, avec une fin vraiment très intéressante, et qui, quand on tourne la dernière page, on dit "wow".



→ Avez-vous lu cet ouvrage ? Qu'en avez-vous pensé ?
→ Est-ce qu'il vous tente ? 
Rendez-vous en commentaires.


        

1 commentaire:

  1. Je me rappel avoir bien aimé ce roman, mais il ne m'a pas marqué plus que ça.

    RépondreSupprimer